Carotte et feijoa


Le feijoa c'est quoi ? C'est ce que tout le monde commence toujours par nous demander.
Le feijoa c'est un fruit, qui provient du Brésil (à ne pas confondre avec le feijaõ : le haricot pour faire la feijoada).

Le fruit a la forme du kiwi, un peu, vert très clair, l'intérieur est très joli et granuleux pour la partie non transparente.

lundi 15 mai 2017

tout beau tout chaud !

Et voilà pour bien commencer le printemps Carotte et feijoa se dote d'un site de vente en ligne.
Vous pourrez y faire vos commandes au détail ( choix par légume, par recette ou panier préparé) mais aussi vous abonnez pour des paniers ou des colis recettes.
C'est la première semaine alors n'hésitez pas à vous inscrire et faire les gentils clients tests !
Merci beaucoup à vous.
cliquez là pour faire un tour

Puis baladez vous dans les "produits" ou les abonnements, et bien sûr jetez un oeil à notre présentation, y'a forcément des virgules de traviole.



Pour vous inscrire c'est ici
(clic)

lundi 20 mars 2017

Youhou, c'est le printemps !

Bonjour à tous.
Une petite recette (merci à Gab pour son inspiration) pour finir l'hiver
avec  petit a) des recettes de rutabaga
et petit b) une recette avec le fenouil.


Forcément je vais commencer par le point b.
et ce sera un pesto de printemps, frais et vert !

Pour cette recette, on utilise uniquement les fanes du fenouil (on n'utilisera plus "les plumeaux", et pas trop les tiges, sauf les bien tendres.)
Utilisez un pilon ou un blender.
Hachez finement ou pilez les fanes de fenouil avec des noix de cajou, une ou 2 tiges d'aillet, de l'huile d'olive (une bonne dose) et du sel.

On peut rajouter éventuellement du parmesan ou du pécorino; mais, la fraicheur sera plus présente sans.
A se damner sur des pommes de terre vapeur, en grignotage sur du pain, ou pour agrémenter des sushis pas très académiques mais délicieux.
On peut aussi faire ce même pesto avec des amandes (grillées!!)   et des feuilles de moutardes japonaises pour un côté plus relevé.

Allez, zou, petit a :
Le rutabaga.
Légume oublié par excellence, mais au goût fin et doux, bien meilleur que le vieux navet d'hiver.
On peut l'utiliser en purée (moitié ruta , moitié pommes de terre), avec une herbe aromatique pour relever le tout (estragon ! miam), dans les plats cuisinés (type couscous, pot-au-feu, ragoût etc).
Cuit vapeur puis râpé, il est excellent en entrée avec une vinaigrette.
Ou pour les plus téméraires une entrée crue : (c'est tout aussi bon juré) : râpé cru avec des jeunes pousses de blé germées, un filet d'huile et juste un peu de sel.

On peut aussi le trancher en rondelles larges, les précuire à l'eau bouillante (ou vapeur) pour les trancher en frites et les passer au four dans le lèche-frites avec un peu d'huile d'olive, du sel, poivre, romarin et thym ( et une pointe d'ail).
Jusqu'à ce que les frites soient dorées à l'extérieur et tendre à l'intérieur.
Le rutabaga, on vous réconciliera avec !

D'autres recettes de rutabaga (clic)





dimanche 19 février 2017

Meï qing choï, un amour de chou

Bonjour,
en ce moment, avec des petits choux chinois meï qing choï voici ce que l'on peut faire.
risotto de février

Les ingrédients nécessaires :

pour le bouillon :
poireaux , un navet ou un rutabaga et une carotte ou panais, du thym,.
On utilisera les légumes « moches »abîmés ou en montaison, sommairement épluchés et coupés. + persil, laurier, échalote.


    Pour le risotto :
    400g de riz à risotto (court, arrondi et non étuvé)
    1 verre de vin blanc sec (ou à défaut un rouge non tannique)
    3 noix de beurre ou équivalent huile d'olive
    1,4 litre d'eau, gros sel.
    Petits choux chinois
    1 à 2 gousses (têtes) d'ail
    500g d'oignons
    aromatique :persil plus feuille de fenouil ou coriandre.


D'abord laver tous les légumes et fanes. Excepté les brins d'aromatique. Il vous faut plusieurs récipients pour les réservez une fois triés.
Dans un premier grand bol (A) vous aurez mis le vert du poireau en tronçon le rutabaga (ou navet) + la carotte (ou panais), thym, persil, échalote, laurier
Dans un second bol (B) ,vous mettrez les oignons et l'ail hachés
Enfin dans un autre grand bol(C) placez les chou chinois haché en grosses lanière ( côtes et feuilles mais pas tige centrale), si ils commencent à monter, mettez aussi le boutons floraux ( c'est comme des petits brocolis)
1 -Mettez à bouillir de l'eau ..
Dans la première versez 1,4 litre d'eau et jetez dedans les légumes du bol A plus une branche de thym et une cuillerée à soupe de gros sel marin. A partir de l'ébullition couvrez et laissez cuire 12 à 15 minutes pendant que vous préparez les autres ingrédients.
Une fois le bouillon cuit, réservez-le après l'avoir passé au chinois pour le filtrer grossièrement.

2-La base de ce risotto se compose des oignons et de l'ail émincés (bol B). Faites revenir dans une noix de beurre 2 minutes à l'intérieur d'une grande cocotte (contenance minimale 3 litres, avec fond épais de préférence).
Ajoutez une seconde noix de beurre et versez le riz pour le faire revenir jusqu’à ce qu’il devienne translucide. Ajoutez alors le verre de vin blanc sec (12 cl).
Ajoutez petit à petit votre bouillon chaud (en 4 ou5 fois, idéalement 7) et mélangez régulièrement avec une cuillère en bois votre risotto.
3- Avant de mettre l'avant dernière fois du bouillon, déposez sur le riz le bol C. Une fois que tout le bouillon est absorbé, c’est presque prêt. L’opération doit durer 20 minutes maxi.
Hors du feu, ajoutez une touche finale à votre risotto : le parmesan râpé, une noisette de beurre ou une cuillère à soupe de crème fraîche et les herbes fraîches hachées menues. Bon appétit !




on peut bien entendu également choisir de les manger crus en salade.
Mais son utilisation mi-cuit  façon wok en shop-suey c'est franchement divin ( prévoir alors d'avoir de la sauce soja , de l'ail et l'indispensable sauce d'huitre).

mardi 13 décembre 2016

Salut les p'tits choux

Cuisiner les choux de Bruxelles.

Les gens aiment acheter des "gros" choux de Bruxelles, pour la rapidité d'épluchage.
Moi je préfère les tout petits c'est tellement meilleur.

On compte environ 200g par personne .
Plus, si on en fait son repas principal, moins si c'est pour un enfant ou qu'on n'en raffole pas plus que ça.

Il faudra effectivement passer par la case longuette de l'épluchage : on ôte la ou les petites feuilles abîmées ou tachetées sur le dessus.
C'est tout mais c'est long. Si  vous les avez pris chez nous, c'est récolté du jour ou de la veille donc pas besoin de recouper le trognon. Enfin si vous êtes au taquet et que sitôt en votre possession vous avez filé les préparer.
Là, on applaudit.
Si vous avez été débordé/e, double peine : pas d'applaudissement mais en plus vous devez recouper les trognons , c'est encore plus long (Dommage, ultra frais, c'est si bon !  D'autant qu'ils contiennent d’intéressantes quantités de vitamine C, de minéraux qui disparaissent avec le vieillissement du légume,  sans vouloir remuer le couteau dans la plaie*)
Si on en a beaucoup, il ne faut pas hésiter à embaucher de la main d’œuvre enfantine (ou adulte si on n'a pas d'enfants sous la main).
Ça donne le temps de leur parler pour leur expliquer qu'ils vont aller tous au bain ou à la douche rapidos (les choux de Bruxelles, pas les enfants...).
Quoique, les enfants aussi à la rigueur pendant que vous mettez à chauffez une grande casserole d'eau.

Lorsque l'eau bout, mettez les choux de Bruxelles dedans, et comptez 2 minutes après la reprise de l'ébullition (sans couvrir).
Bien sûr vous avez préparé une passoire, et à côté un saladier d'eau bien fraiche durant ces 2 minutes, vous permettant de passer à la suite :
Versez au dessus de l'évier et dans la passoire les petits choux, puis dès qu'ils sont un tant soit peu égouttés, versez-les dans le saladier d'eau froide.
Le but de la manœuvre ?
La première opération est ce qu'on appelle le blanchiment.
Il permet à une grande partie des composants souffrés d'être évacués. C'est bien pour tous ceux qui sont un peu sensible des intestins (et pour ceux qui partagent les draps des convives).
Si vous êtes fragile + + vous pouvez y adjoindre du bicarbonate de sodium. (ça, ça vaut pour tout les choux en général).
La seconde opération : C'est pour la couleur encore plus vert flashie que sur ma photo d'article : c'est à ce moment que vous faites vos selfies/photos avec vos choux de Bruxelles pour mettre sur instagram ou sur notre page  facebook Carotte et feijoa pour trop faire bisquer les autres.
L'autre vraie raison : c'est le moment de les couper en 2 (et pour ceux/celles qui ont choisit des plus gros Bruxelles : en 3 ou 4 même), pour que tous soient uniformes en taille, et que la cuisson qui va se poursuivre soit réussie.
Moment essentiel : définir comment les préparer in fine :
  •   les faire cuire à l'eau bouillante à nouveau (mouaifbof, si ça vous tente façon cantine),
  •  ou vapeur (c'est sain) et avec une noix, une noisette de beurre c'est très bon.
mon choix se porte presque toujours sur
  •  la version poêlé de choux de Bruxelles (à l'huile d'olive ou au beurre) , pour les faire rissoler un peu et leur donner ce petit goût inénarrable de noisette grillée :
    Commencez à les saisir dans le corps gras puis couvrez-les à feu moyen pour que la cuisson soit à cœur. En les secouant régulièrement bien sûr (vérifiez la cuisson en goûtant). Saler alors à votre convenance et régalez-vous.

Il y a d'autres accommodations encore plus gourmandes à base de lardons puis de crème fraiche à rajouter un peu avant la fin, mais je laisse ça à votre imagination.




*en direct de chez Jo La Science :
 Le chou de Bruxelles est riche en vitamine C et provitamines A (bêta-carotène). Il constitue aussi une bonne source de vitamines du groupe B, notamment B9 (ou folates) et B6.
Il contient des minéraux : potassium, magnésium et calcium, à des taux intéressants et fournit de nombreux oligo-éléments : fer, zinc, manganèse, cuivre, sélénium.
Il apporte également une bonne quantité de lutéine et de zéaxanthine, deux substances anti oxydantes de la famille des caroténoïdes qui peuvent jouer un rôle protecteur sur la santé.





mardi 22 novembre 2016

le kale ( à prononcer à l'anglaise), la calée, le chou "cal"

Sophie Calle et les choux en vue ne nous recallent plus.


Les cuissons :

Cru

Comme la plupart des choux, le kale se mange cru en salade. Il suffit d’ôter la tige du milieu et de le couper en lanières plus ou moins grosses. Tout le monde semble d’accord sur le fait qu’il faille le masser délicatement (oui oui!), puis le laisser mariner dans une vinaigrette avant de le consommer cru. Cela rendrait ses feuilles plus souples et tendres. Alors rien que pour le folklore, retroussez vos manches et massez ce petit chou !
En salade, vous le dégusterez avec des céréales (petit épeautre, quinoa, boulgour…), des légumineuses (lentilles vertes ou corail…), d’autres légumes (carottes, concombre, radis, betterave…), des graines (tournesol, sésame, pignons de pin…) et une vinaigrette à base d’huile d’olive coupée avec de l’huile de sésame ou de l’huile de noix. En fait, lâchez-vous, il se mariera avec tout ce dont vous aurez envie !
et côté acidité remplacer le vinaigre par du citron ou même une orange pressée.Top avec de la roquette et de la mâche.
Bon ça, c'est pour le chou tout frisoté.
Le plus foncé et gaufré (nero di Toscana) lui est plus fort et je ne le conseille jamais pour le manger cru.

Cuit

Par contre cuit, il est d'une douceur pas croyable et on l'adore ici.
Vapeur, En gros comptez 15 minutes à partir du moment où la vapeur se forme, pour un légume encore ferme. Si vous l’aimez plus tendre, rajoutez 5 minutes de cuisson. Arrosez simplement d’huile d’olive, saupoudrez de fleur de sel et, pourquoi pas, des graines de sésame grillées !
 En saucisse au chou ( youp youp ça boit les sauce set ça se mélange si bien !) , juste cuit au beurre ou huile d'olive sur ail et mélangé avec de la bonne purée et quelques oignons rouges frits.


Mais il reste encore une version moins ordinaire :
En chips au four
Gros succès pour cette version chips ! Il suffit de bien nettoyer les feuilles, de les sécher délicatement avec du papier absorbant, d’enlever la tige, puis de les couper en morceaux. Imbibez-les d’huile d’olive, ajoutez des graines, des épices, comme vous le sentez, allumez le four à 150°C, disposez le kale sur une feuille de papier sulfurisé, puis laissez cuire 20 à 25 minutes, en les retournant de temps en temps.


mardi 1 novembre 2016

ça donne envie de s'organiser parfois !

Parce que le manque de pluie n'est pas seulement visible et déplorable pour les agriculteurs, ceux de la mer en bavent aussi... je vous laisse lire l'article de ce lien (clic)



Allez en s'y mettant à 40, chacun prend 2 kg, et c'est bon !



dimanche 7 août 2016

C'est l'été, on reprend les visites virtuelles (1)

depuis le milieu

et tout au fond vers le sud, à gauche : en rouge la périlla (chizo rouge) puis les brèdes mafanes et la ficoïde glaciale.